Justice pour Cédric Herrou : la reconnaissance du principe de fraternité »

« Chez moi j’ai accueilli 2500 personnes. Je gagne moins que le SMIC : environ 800 € par mois. Quand les Etats européens disent : « on ne peut pas accueillir » j’ai l’impression qu’on se fout de notre gueule »

Cédric Herrou
Cedric Herrou chez lui, à Breil sur Roya

 Parcours

Cédric Herrou est un agriculteur de 37 ans qui vit et exerce son métier dans la vallée de Roya,  une zone montagneuse située entre l’Italie et la France qui voit arriver dans ses villages des migrants qui tentent de rejoindre le nord de l’Europe et qui se retrouvent coincés.

Il a été Jugé à Nice le 4 janvier 2017 pour avoir aidé de nombreux migrants : la justice lui a reproché d’avoir facilité l’entrée sur le territoire national, la circulation et la présence irrégulière de 200 étrangers dépourvus de titre de séjour. Il était aussi poursuivi pour avoir ouvert un camp illégal avec 57 migrants dans un bâtiment de la SNCF, à Tende en octobre. Il encourait cinq ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Mais de nombreuses manifestations ont eu lieu et les médias se sont emparés du sujet. Les associations humanitaires ont dénoncé fortement le « délit de solidarité ». Cédric Herrou est devenu une emblême de la solidarité, notamment envers les migrants.

Le 12 décembre 2018, la justice lui donne raison et annule sa condamnation à quatre mois de prison avec sursis pour avoir « facilité la circulation et le séjour » de migrants.

Les avocats de M.Herrou ont en effet invoqué le « principe de fraternité », duquel découle « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire ».

 « L’histoire s’écrit tous les jours, et c’est de notre devoir de se lever quand les choses vont mal »

Et après ?

Grâce a cette victoire, Cédric Herrou a pu lancé la première communauté Emmaus entièrement paysanne de France : Emmaus Roya. En effet il a créé Son association DTC – Défends Ta Citoyenneté, en septembre 2017 pour accueillir les demandeurs d’asile sur sa ferme. Le travail de la Terre, et la forte communauté qui s’est créée autour de ce  projet aident les personnes accueillies à se reconstruire. La communauté Emmaus Roya s’est ouverte à d’autres personnes en situation d’exclusion, ce qui permet une plus grande mixité.

Cette association permet aux migrants d’avoir une activité rémunérée et une aide et une prise en charge des cotisations sociales.

Le film documentaire « Libre » réalisé par Michel Toesca et sorti en septembre 2018  retrace 3 ans de son combat.

Sources :

Vidéos :

Interviews : https://youtu.be/j9l-ZgBJ1fs

https://defendstacitoyennete.fr/videos-2

Bande annonce du film « Libre » : https://youtu.be/fKhYUbd2vog

 

L’affiche du film « Libre » réalisé par Michel Toesca